Kateřina Kopečná, animatrice de la formation : Je mets l’accent sur les erreurs liées aux titres de séjour que les étrangers font régulièrement

Kateřina Kopečná est juriste avec une longue expérience dans les services de conseil aux étrangers. Elle anime, en particulier, la partie de la formation dédiée à la législation relative aux titres de séjours. Elle fait est les formations régulières qui sont ouvertes à tout le monde, et des formations spécifiques qui sont destinées aux étudiants. Pendant la formation, elle souligne les erreurs les plus communes et que faire pour les éviter. De plus, elle souhaite que les étrangers puissent se souvenir du maximum de renseignements qui leur sont présentés.

La plupart du temps, tu animes les formations publiques. Souvent, il y a des participants qui ont de différents titres de séjour et de différents besoins. Ça donne quoi ?

Les formations proposées au grand public sont difficiles. Les participants s’inscrivent sur Facebook ou par le site web Bienvenue en République tchèque. La composition des groupes est très variée et il y des gens avec des motifs de séjour complétement différents : études, emploi, entreprise, regroupement familial etc. De plus, les participants viennent des quatre coins du monde et la seule chose qu’ils ont en commun, c’est la langue de la formation, que ce soit l’anglais, le russe, l’espagnol, le français etc. Cependant, de différentes conditions pour leur séjour en Tchéquie s’appliquent et tout dépend de leur pays d’origine. C’est pourquoi j’essai, au début de chaque formation, de créer un lien avec les personnes et d’apprendre le plus que possible pour déterminer le niveau de connaissances du groupe. Ensuite, j’adapte la formation à leurs besoins.

Quels sont les informations clés concernant les titres de séjour ? Qu’est-ce que tu soulignes ?

Les étrangers font beaucoup d’erreurs inutiles qui les mettent en difficultés. Je me focalise sur les bases et je vérifie s’ils ont bien compris. On donne beaucoup d’exemples pratiques et on regarde ensemble qu’il est possible de tout vérifier sur le site du ministère de l’Intérieur etc. L’important c’est qu’ils soient autonomes.

Au début de chaque formation, je vérifie si tout le monde a s’est fait enregistrer à la police des étrangers dans un délai de trois jours après son arrivée. Les étrangers ont l’obligation de le faire, sauf si le prestataire de logement (hôtel ou résidence universitaire dans le cas des étudiants) ne l’a pas fait pour eux. Certains étrangers arrivent directement avec un visa pour la reprise d’un permis de séjour. Dans ce cas ils doivent se rendre non pas à la police étrangère, mais au bureau du Service de la politique d’asile et de migration du ministère de l’Intérieur (OAMP).

Ensuite, nous regardons ensemble les codes dans leurs titres de séjour et nous discutons. Par exemple, le code « D/VR » signifie qu’il s’agit du visa dont on a besoin pour pouvoir récupérer son permis de séjour de longue durée et qu’il faut se faire enregistrer directement à OAMP. Il est facile de retrouver tous les renseignements sur internet. Il suffit de se rendre sur le site du ministère dans la rubrique « kódy víz a povolení k pobytu » (codes des titres de séjour). Grâce à ces informations, les modalités de base relatives au séjour en Tchéquie deviennent plus claires. En effet, tous les droits et obligations découlent de ces bases.

Le terme « motif du séjour » est l’alpha et l’oméga du séjour des étrangers en Tchéquie. Il s’agit du but officiel reconnu par le ministère d l’Intérieur, sur la base duquel, le séjour de la personne en question a été autorisé. Et il faut que cette personne soit en mesure de présenter des justificatifs pour le prouver. Pour les étudiants, c’est une attestation de scolarité. Les personnes avec la mention « emploi », présentent un contrat de travail.

Comme j’ai dit, c’est la base. Pourtant, en réalité, la plupart des participants n’a aucune idée des codes et des abréviations dans leurs titres de séjour. Et souvent, ils ne savent même pas quel est le motif officiel de leur séjour.

Comment fais-tu pour leur présenter les renseignements clairement ? La législation liée aux titres de séjour est très complexe.

C’est vrai qu’elle n’est pas simple, même pour les juristes, alors vous imaginez les personnes qui viennent d’arriver ! Je suis explicite et je fais des exemples.

Quand nous regardons les visas, c’est-à-dire les autocollants dans les passeports, ou les permis de séjour ensemble, je vérifie, dans le même temps, leurs obligations de base, à savoir l’obligation d’avoir son titre de séjour sur soi. À chaque fois, il y a des personnes qui n’ont pas leurs documents. Et à chaque fois, je réponds à la question de savoir s’il est possible d’avoir sur soi qu’une copie d’une pièce d’identité. La réponse est non. J’explique pourquoi ce n’est pas possible que même nous, les citoyens de la République tchèque, sommes obligés d’avoir sur nous la carte d’identité. À part de cela, les étrangers doivent porter sur eux la carte d’assurance maladie et, dans le cas où ils paient leur assurance eux-mêmes, aussi un justificatif de paiement.

Tout au long de la formation, je communique avec les participants et je les guide pour qu’ils découvrent les bonnes réponses à l’aide des indices et des renseignements que je leur donne. J’essaie de les motiver pour qu’ils apprennent plus sur leur état juridique et sur les démarches à faire.

Par exemple, nous traduisons des termes tels que « remplir son motif de séjour sur le territoire » en termes plus faciles que tout le monde pour comprendre.

Je me sers aussi des exemples de mon expérience. J’ai vu des gens qui ont eu beaucoup de problèmes juste parce qu’ils ne faisaient pas la différence entre l’OAMP et la police étrangère. Les étrangers confondent les deux et appellent tout « police étrangère ». C’est une réminiscence du passé où les étrangers allaient bien à la police étrangère pour la plupart des démarches administratives. Cependant, ceci a changé, il y a des années et maintenant, la quasi-totalité des dossiers se font à OAMP. Malheureusement, les étrangers n’utilisent pas la bonne terminologie. C’est important pour que les étrangers puissent communiquer avec la bonne autorité : s’ils adressent leurs demandes destinées à OAMP à la police étrangère, cette dernière ne peut pas les accepter. Et le problème est là.

Effectivement, ça a l’air complexe. Au moins pour ceux qui viennent d’arriver. par contre ceux qui sont là depuis un certain temps, à quoi doivent-ils faire attention ?

Ça peut avoir l’air complexe mais ce sont les bases et c’est facile à retenir. Ceux qui assistent à la formation et notent les points principaux auront tout ce dont ils auront besoin pendant des années.

Les étrangers qui sont déjà en Tchéquie est souhaitent prolonger leurs titres de séjour ont des règles à suivre. Nous les répétons plusieurs fois au cours de la formation. Par exemple, il est impossible de changer de motif de séjour quand on passe d’un visa de longue durée à un permis de séjour de longue durée. Il faut garder le même motif et le respecter. Il ne peut être changé qu’à certaines conditions et qu’après avoir obtenu le permis de séjour de longue durée.

Les délais à respecter ne sont pas moins importants et c’est assez stricte.

D’ailleurs, il ne faut pas oublier de mettre à jour ses données sur son titre de séjour, à savoir sur la carte biométrique. Tout changement doit être annoncé à OAMP. Le plus souvent, il s’agit du changement d’adresse, des données dans le passeport, de l’état civil ou, dans le cas des femmes qui se marient ici, du changement de nom.

Pour terminer, dis-nous, comment tu aimes animer la formation.

Ça me plait beaucoup. J’y suis impliquée déjà depuis des années et pourtant je vois toujours de nouveaux défis, de nouvelles pistes d’amélioration. Chaque groupe est différent. Ça m’inspire énormément. Je suis toujours curieuse de voir qui est-ce qui viendra.